Yves saint Laurent et Oran, 17 ans de jeunesse du couturier 12 août 2016

1ᵉʳ août 1936, il y a tout juste 80 ans, est né un des plus grands couturiers du XXème siècle, Yves Mathieu-Saint-Laurent, dit Yves Saint Laurent. Sa vie s’initie dans le berceau de couleurs et de mixité culturelle qu’était la ville d’Oran, en Algérie, dans les années 30 à 50.

Il y passe les 17 premières années de son existence et y construit de nombreux souvenir d’enfance et de jeunesse avec ses deux sœurs cadettes, Michèle et Brigitte. Son père, Charles Mathieu-Saint-Laurent (1909-1988), descendant du baron de Mauvières (1787-1868), était président d’une compagnie d’assurances et propriétaire d’une chaîne de salles de cinéma présente dans plusieurs pays d’Afrique du Nord. Sa mère, Lucienne Wilbaux (1914-2010), fille de l’ingénieur Edmond Wilbaux et de Marianne Emilie Muller, lui donna le goût de la mode et de l’esthétisme.

Un des grands souvenirs d’enfance d’Yves Saint-Laurent était les nombreux dîners donnés dans leur confortable maison à Oran, et de sa mère en longue robe de tulle blanc ornée de paillettes blanches en forme de poire venant l’embrasser pour lui souhaiter bonne nuit avant le bal.

Maison de la famille Saint-Laurent à Oran

Maison de la famille Saint-Laurent à Oran (11 rue Chemloul, ex rue Stora)

« Oran, une cosmopolite de commerçants venus de partout, et surtout d’ailleurs, une ville étincelante dans un patchwork de mille couleurs sous le calme soleil d’Afrique du Nord», disait Yves Saint Laurent.

Il aura passé sa vie à habiller les femmes de toutes les couleurs, probablement dans le ravissement d’une ville natale polychrome avant l’heure, mais peut-être aussi bien sous l’influence de ses nobles origines, à la manière d’un illustre alter  ego, en souvenir d’un baiser reçu le soir avant de s’endormir.  Yves Saint Laurent a fini par se trouver une ville de substitution, à Marrakech, dans le repos d’une «bienfaisante magie rose» (plutôt multicolore) et à l’ombre du très bleu Jardin de Majorelle.

Il est agréable aujourd’hui d’errer dans la ville d’Oran et d’imaginer ce qu’était cette ville multicolore des années de jeunesse d’Yves saint Laurent,  entre sa villa, le lycée Pasteur, l’opéra. …

 

l'Opéra de Oran

l’Opéra de Oran

 

Boulevard de la Soummam

Boulevard de la Soummam ( ex boulevard Gallieni)

Shares this :