La fabrication d’un parfum 9 août 2012

Connaissez vous les étapes de fabrication d’un parfum ?

 

Etapes de fabrication d’un parfum

On appelle extraction le processus qui permet de transformer en essence une matière première. Les exemples ci-dessous concernent les formes traditionnelles d’extraction, et ne tiennent pas compte des méthodes chimiques utilisées actuellement.

 

L’extraction par solvants

Se fait à l’aide de solvants volatils (éther de pétrole, hexane, benzène, ce dernier n’étant plus utilisé aujourd’hui) suivi en général par une extraction à l’éthanol.

 L’extraction consiste à laisser infuser les matières végétales dans de l’eau accompagnée d’un solvant portée à 60 degrés centigrades. Il fut un temps où l’on pratiquait cette technique non pas avec de l’eau mais avec de l’huile. Les solvants qu’emploient aujourd’hui les parfumeurs sont volatiles. Ainsi l’on utilise le méthanol, l’éthanol, le benzène et le dioxyde de carbone. Une fois les solvants évaporés, reste une sorte de cire que l’on appelle « la concrète ». On la mélange à une certaine dose d’alcool que l’on chauffe dans un premier temps puis que l’on refroidit afin d’éliminer la partie huileuse de « la concrète » pour n’en garder que « l’absolue ». Les solvants sont sélectifs pour des types de plantes différents. Ainsi le gaz carbonique sert à extraire les plantes peu odorantes comme le sont les écorces de bois ou les épices. Porté à une température inférieure à 40 degrés centigrades et sous pression le même gaz carbonique se transforme en liquide dans lequel les végétaux vont être plongés. L’évaporation une fois complète, toute trace de solvant aura disparu.

 

La distillation à la vapeur d’eau

Laboratoire de Parfum de Fragonard en France

La matière première récoltée est disposée dans un alambic, avec de l’eau qu’on porte à ébullition. La vapeur d’eau transporte l’essence dans un condensateur, puis dans un séparateur.

La distillation est un procédé de fabrication d’un parfum homme ou femme qui consiste à extraire des parfums homme ou des parfums femme par l’intermédiaire de la vapeur d’eau contenue dans un alambic. Pour ceux qui ne le savent pas, un alambic est une cuve en acier sur laquelle a été montée un tuyau dans lequel on va déposer tous les végétaux nécessaires à la réalisation d’un parfum soit homme soit femme en plus de cinq à dix fois leur volume en eau. Afin que la vapeur capture l’odeur des produits qu’il contient, la cuve est alors chauffée et placée sous pression. En traversant le tuyau, le liquide contenu dans l’alambic refroidit et la vapeur se condensant on récupère une huile essentielle.

 

L’expression

Pratiquée uniquement avec les agrumes, elle permet par simple pression d’extraire l’essence contenue dans l’écorce des fruits. L’opération est aujourd’hui accomplie grâce à des centrifugeuses.

 

L’enfleurage à chaud

Utilisé avec des pétales de fleurs pas trop fragiles (rose, narcisse), il consiste à les plonger dans un bain de graisse animale que l’on fait chauffer à plusieurs reprises. Lorsque les fleurs ont donné toute leur essence, elles sont jetées et remplacées par d’autres, jusqu’à obtention d’une graisse suffisamment saturée. La graisse est ensuite lavée avec de l’alcool, jusqu’à obtention de l’essence dite absolue.

 

L’enfleurage à froid

Utilisé lorsque les fleurs sont trop fragiles (jasmin, tubéreuse). Le principe est le même que pour l’enfleurage à chaud, mais les pétales sont disposés sur des tiroirs remplis de graisse froide. L’enfleurage n’est plus pratiqué aujourd’hui de cette façon.

 

La rectification

Les essences obtenues par distillation sont parfois purifiées par rectification sous vide, procédé à basse température plus respectueuse des matières fragiles.

 

La macération

Pratiquée pour obtenir les essences animales, elle consiste à laisser macérer la matière première dans de l’alcool.

Une fois les diverses essences obtenues, c’est au parfumeur qu’il conviendra de les mélanger, par de savants dosages dont lui seul a le secret. Le parfumeur utilise pour cela un orgue à parfums, boîtier ou étagère en forme d’orgue contenant une sélection des extraits à mélanger. Puis le parfum obtenu sera mêlé à un excipient, en principe de l’alcool, mais également de l’eau et d’autres solvants avec une concentration plus ou moins forte selon le produit que l’on veut obtenir.

Shares this :